Archives mensuelles : février 2015

Oser toujours, Céder parfois, Renoncer jamais !

peggy bouchet

 

À vingt-cinq ans, Peggy Bouchet a été la première femme à oser traverser l’Atlantique à la rame. En 1998, la veille de son arrivée, après 79 jours de mer, son bateau chavire. Elle restera pendant près de neuf heures en survie. Dix-huit mois plus tard, en 2000, elle repart et arrive victorieuse aux Antilles.

Ingénieure financier export, puis chef d entreprise et conférencière, Peggy Bouchet prépare aujourd’hui un projet maritime qui associe innovations technologiques et énergies renouvelables. L’aventure continue.

En attendant, elle vient de sortir son dernier livre : « Oser toujours, Céder parfois, Renoncer jamais ! »

« Malgré les vents contraires, j’ai toujours regardé droit devant moi, me concentrant sur ce qu’il me restait à apprendre et à accomplir. Aujourd’hui, je sais que tout ce qui m’est arrivé a été utile.

Mon objectif n’est pas de vous convertir en aventurier, mais, en retraçant mon parcours, d’utiliser la mer et la traversée de l’Atlantique comme des métaphores pour vous aider à relever vos défis quotidiens, à dépasser vos peurs et à mieux cohabiter avec vous-même, donc avec les autres.

Faites de ce livre une carte, un compas, une boussole. Il vous propose un cap, une nouvelle direction.

À l’heure où l’on parle d’économies d’énergie, n’économisez pas la vôtre. Enthousiasme, audace et détermination sont vos énergies propres et renouvelables. Ne vous contentez pas d’exister : vivez.

À chacun son Atlantique. »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Art de vivre

Réservez vos dates !

CLem

 

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Culture des Cîmes

Les plus beaux châteaux d’Europe

neuschwanstein_bild

 

Pardonnez-nous l’impossibilité de mettre en page ce lien, mais le contenu vaut le coup ! Jetez un coup d’oeil ici et n’hésitez pas à en rajouter !

http://fr.canoe.ca/voyages/destinations/europe/galerie_photo/20121031103829_chateaux/fullscreen.html#0

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Culture des Cîmes

Idée cadeau ?

Vous cherchez un cadeau original ? Vous voulez être sûre que personne n’aura la même idée que vous ?

Etsy

Rendez-vous sur Etsy.com ! C’est un site de vente en ligne fondé en 2005 spécialisé dans les créations personnelles ou le vintage. Ces articles couvrent un large éventail, y compris l’art, la photographie, les vêtements, les bijoux, l’alimentaire, les produits de beauté, la literie, les bibelots et les jouets. Beaucoup de vendeurs vendent également des fournitures d’artisanat tels que des perles, du fil et des outils confection de bijoux. Tous les articles vintage doivent être âgés d’au moins 20 ans. Le site s’inscrit dans la tradition des foires d’artisanat ouvertes, donnant aux vendeurs une vitrine personnelle.

 

Transmis par Faon

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Nouvelles de Louves

Faut-il arrêter de se laver les cheveux ?

Dompter autrement sa crinière

Pour Ophélie, le déclic fut un grand ras-le-bol : « J’en avais assez d’allouer autant de temps et d’argent à une partie de mon corps d’une importance, somme toute, non vitale, et d’utiliser des produits ni bons pour ma santé, ni pour la planète » explique-t-elle dans un post de blog qui a fait fureur sur la toile il y a un an. Les médias féminins se sont emparés de cette tendance venue de l’étranger et les témoignages se sont multipliés (Hélène en parle sur Green Me Up, Natasha témoigne sur son blog Echos Verts d’une année sans shampoing, Nathalie témoigne sur Ecolo Info, Loetitia en parle ici ou encore Daphné .)

10393823_910685428958689_6151587157448079235_nHistoriquement, comme l’explique Le blog du cheveux, la tendance « no poo » a été lancée par la coiffeuse américaine Lorraine Massey, aux cheveux très frisés, qui cherchait une solution pour moins agresser sa tignace. Dans Curly Girl Method, elle ne prône pas l’arrêt du shampooing mais sa substitution par un après-shampooing naturel doux sans silicone et des soins sans sulfates.

Elodie-Joy Jaubert, auteur de J’aime mes cheveux (Ed. La Plage), confirme : « L‘effet mode du ‘je ne me lave plus les cheveux’ prend sa source dans l’envie de se libérer des conventions dictées par une société de consommation faisant des soins capillaires une source de profit financier, mais aussi, hélas, de pollution de la planète« , explique-t-elle en soulignant que l’eau seule ne suffit jamais à retirer le gras, la pollution et les mauvaises odeurs incrustés dans les cheveux.

Livre aux éditions Terre Vivante

Pourquoi un tel engouement ? Composés chimiques de l’offre traditionnelle, habitudes nocives pour le cuir chevelu, dépenses engendrées et effets sur l’environnement font partie des accusés. « J’ai pris conscience ces deux dernières années, que la bonne santé des cheveux est indispensable à la santé en général (et à la beauté), et que les shampoings moussants n’y contribuent certainement pas (…) l’effet est souvent immédiat mais retombe vite et à la longue, le cuir chevelu est agressé, dévitalisé, affaibli, atone » témoigne aussi Sylvie Hampikian, spécialiste de la cosmétique naturelle qui vient de publier J’embellis mes cheveux, avec A. Perrogon (Ed. Terre Vivante.)

Limiter l’usage de « Junk-food capillaire »

La solution n’est donc pas de ne plus se laver les cheveux, mais de trouver des « remplaçants » efficaces, non pas pour définitivement mettre au rancart les shampoings, mais pour en réduire la fréquence tout en gardant des cheveux propres et sains.

Première étape : comprendre ce que vous pouvez apporter aux cheveux. « Le cuir chevelu est un centre stratégique de circulation de l’énergie, or les shampooings moussants ne le traitent que comme un vulgaire linoleum cracra qu’il faut à tout prix  décaper ! Qui pense par exemple à l’hydrater ?  Si on traitait la peau de notre visage comme on traite le cuir chevelu, en la nettoyant sans cesse, mais sans jamais en prendre vraiment soin (protection, hydratation) dans quel état serait-elle ?« , interroge Sylvie Hampikian.

Livre aux éditions La Plage

Ensuite, il s’agit de fuir les produits capillaires contenant des parabens, des silicones. « Limiter les agents lavants est une solution, mais d’autres « no-poo » sont aussi efficaces : les œufs, l’argile, les poudres de plantes indiennes, les noix de lavage, les shampoings secs… » explique Elodie-Joy Jaubert – sachant que les shampoings secs ne sont pas adaptés aux cheveux bouclés. Car « cela demande de se brosser longuement les cheveux et que cela casse les boucles« , prévient l’auteur dont le livre revient notamment sur les « 100 coups de brosse » recommandés par nos grands-mères.

Si vous cherchez à entretenir vos cheveux sans trop d’efforts, le mieux est de vous diriger vers des soins naturels et biologiques, puis de vous défaire des mauvaises habitudes que sont l’usage des fers a friser, des plaques chauffantes, des sèches-cheveux brûlants, des brosses et peignes en matériaux inadaptés, des colorations chimiques abrasives (qui peuvent être efficacement remplacées par des colorations végétales)… qui finalement ont un effet dévastateur sur tout cheveu. « Il ne faut pas hésiter à entretenir sa fibre capillaire avec des masques de soin réalisés une fois par semaine et à laisser agir 20 minutes avant le shampoing. Ici tout est possible et les meilleurs soins se trouvent directement dans notre cuisine : œufs, lait de coco, huile végétale de qualité… », note Elodie-Joy Jaubert.

Recettes et recommandations

Image: Echos Vert

Si vous ne souhaitez plus utiliser de produits du commerce, aussi bio soient-il, la recette la plus répandue consiste à s’équiper de bicarbonate ou d’une poudre lavante (type Rhassoul ou argile verte qui, mélangées avec de l’eau, donnent une pâte que l’on applique sur la racine des cheveux). Le vinaigre de cidre de pomme est aussi un allié, ainsi qu’un peu d’huile essentielle et une bonne brosse à cheveux (+ eau !). Pour y arriver, consultez les conseils donnés ici ou .

Sylvie Hampikian et Elodie Joy-Jaubert donnent de nombreux autres conseils et astuces dans lesquels piocher. Pour la première, voilà, pêle mêle, quelques recommandations de base :

  • Le brossage, qui permet de bien répartir le sébum (au lieu de le laisser s’agglutiner sur les racines) et d’éliminer bon nombre de poussières. L’idéal est d’utiliser des  fibres naturelles ou de passer par un gros peigne en bois de santal, en corne voir en  “carbone”.
  • L’argile en poudre et transformée en pâte : utile pour détoxiner les cheveux, surtout s’ils ont été colorés chimiquement ou ont été traités par des après-shampoings siliconés. Elle reste plus adaptée aux cheveux très gras, pour réguler la production de sébum et donner volume et brillance aux cheveux.
  • Le bicarbonate : beaucoup estiment qu’il manque de douceur, même si certaines personnes l’apprécient en shampooing à sec.
  • Le vinaigre de cidre : « c’est l’ami des cheveux et du cuir chevelu. En rinçage, il parfait le lavage, stimule le cuir, donne de la brillance aux cheveux. En friction du cuir, il nettoie, assainit, “décolle” les racines,  et aide à espacer les shampooings » explique Sylvie Hampikian.
  • Le bois de Panama (en décoction) : long à préparer, il permet d’avoir les cheveux propres, brillants, toniques et souples. « C’est une bonne solution pour les cheveux bouclés. Mais il pourrait foncer à la longue les cheveux blonds. Peut-être que le faire suivre d’un rinçage au vinaigre de cidre peut régler ce problème » ajoute Sylvie Hampikian.
  • La poudre de Shikakai (préparée en pâte) : elle nettoie et donne durablement du volume tout en embellissant les cheveux. « Effet garanti pour une semaine de beaux cheveux. Il faut s’habituer à son usage, pas très agréable, mais le résultat en vaut la chandelle » promet Sylvie Hampikian aux plus volontaires. A coupler éventuellement avec la poudre de Sidr qui est plus adaptée, elle, aux cheveux blonds, fins, non gras, car nettoie moins en profondeur que shikakai.
  • Les shampoings secs (poudres diverses) : « mes préférés sont la farine de pois chiches et le shikakai, employé à sec. Quand on n’a pas le temps de faire un shampoing et qu’on a les cheveux lourds, c’est une bonne solution » explique la spécialiste. Utile en phase de transition, lorsque l’on veut espacer les shampoings. Il suffit de les soupoudrer sur la racine des cheveux, puis de brosser.
  • Les shampoings moussants bio : si vous ne pouvez/voulez pas vous en passer, ils seront mieux tolérés si vous en mettez peu et le répartissez bien répartir sur la chevelure en le laissant agir 2 minutes avant de rincer (un seul shampoing suffit). Si les cheveux sont peu sales, mélanger 1/2 dose de shampooing au même volume de gel d’aloès en tube (hydratant et traitant), procéder comme précédemment en massant bien le cuir chevelu.

Quelques recettes simples à utiliser sans modération, par Elodie Joy-Jaubert :

  • Pour des cheveux doux et lisses : 1 yaourt nature + 1 cuillerée à soupe de miel liquide. Appliquez ce mélange sur les cheveux humidifiés à l’eau chaude. Laissez agir 20 à 30 minutes, puis rincez bien et faites un shampoing.
  • Pour une hydratation intense : 1 cuillerée à soupe de crème fraîche épaisse + 1cuillerée à soupe d’huile d’olive (attention si cheveux fin, 1cuillerée à café d’huile sera suffisante). Appliquez ce mélange sur les cheveux humidifiés à l’eau chaude. Laissez agir 20 à 30 minutes, puis rincez bien et faites un shampoing
  • Pour les cheveux bouclés : afin de redonner du ressort à vos boucles, mettre dans une bouteille spray de l’eau de bouteille (100 à 200 ml) et ajoutez 15 à 20 gouttes d’huile essentielle de lavande. Fermez et secouez, c’est prêt à l’emploi!
  • Pour les cheveux très secs et (ou) crépus : utiliser une « petite noisette » de crème hydratante, que vous réchaufferez en frottant vos mains l’une contre l’autre puis que vous appliquerez sur vos cheveux pour les nourrir et les hydrater.
  • Pour les cheveux raides et sans volume : toujours se brosser les cheveux la tête en bas.
  • Idée recette de masque détox spécial cheveux gras : 4 cuillerée à soupe d’argile verte fine illite + 2 verres d’eau + 4 cuillerées à soupe de vinaigre d’alcool(blanc) ou de cidre de pommes. Mélangez, appliquez sur cheveux secs et laissez agir 20 minutes. Puis rincez généreusement.

Comment tenir la longueur ?

Tous les témoignages l’indiquent : le premier mois est le plus dur. « Il s’agit d’être patient et de mener à bien la transition (qui peut être longue !)« , se souvient Ophélie. « Depuis que j’ai changé de méthode, c’est difficile à expliquer, mais je ressens comme une énergie qui part du crâne et irradie sur mon tonus général. En fait, ce n’est pas si surprenant, quand on sait la place que l’Ayurveda accorde au massage crânien. Et le bien être apporté par le massage chez le coiffeur, lorsqu’il est bien fait (même si la position au dessus du bac est peu propice à la relaxation) », note, enjouée, Sylvie Hampikian.

A long terme, Elodie Joy-Jaubert insiste aussi sur l’alimentation : « Manger sain et équilibrer, boire de l’eau pure et avoir une activité physique régulière permettent d’oxygéner son sang, les cheveux sont ainsi mieux nourris et oxygénés de l’intérieur ». Une cure de compléments alimentaires ciblés (magnésium, biotine, zinc, soufre) peut aussi faire son effet. « Un masque réalisé seulement d’un œuf battu apportera un coup de fouet à toute chevelure triste. À laisser agir 20 minutes avant de passer au shampooing et à « rincer à l’eau froide » sans quoi vous risquez de vous retrouver avec de l’œuf cuit dans les cheveux. Résultat garanti ! », ajoute la spécialiste.

Alors, convaincues que vous le valez bien ?

 

Source : http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/11/20/faut-il-arreter-de-se-laver-les-cheveux/

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Art de vivre

2ce596a949e5b503af249af8b26d88b1

L’un des immenses privilèges du voyage à pied est de permettre à celui qui s’y adonne de gouter pleinement l’ivresse d’avoir parcouru un territoire à la seule force de ses mollets et de sa détermination, de lui offrir le sentiment gratifiant d’avoir été le seul artisan de la découverte d’un paysage ou d’un écosystème. Deviner dans le ciels voilé du matin les confins où l’on sera rendu le soir ; apercevoir derrière soi, dans la forte lumière de midi, le lieu d’ou l’on est parti le matin et devant soi, celui où l’on parviendra à la nuit ; dans la sérénité du crépuscule, se dire que la veille on avait campé là, en ce point quasi indiscernable à présent, et s’y trouvait encore à l’aube.

 

Emeric Fisset, L’ivresse de la marche

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Citation du jour

FDL Faneuse

Désormais, la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et les plus sains. Cultiver  son jardin ou s’adonner à n’importe quelle activité créatrice d’autonomie sera considéré comme un acte politique, un acte de légitime résistance à la dépendance et à l’asservissement de la personne humaine.

Pour une sobriété heureuse, Pierre Rabhi

Poster un commentaire

Classé dans Citation du jour

5696c142b7fa35430049150c944f1e94
Lecteur, j’aimerais que tu ne retiennes qu’une chose au terme de ces lignes. Que ni la gloire, ni la recherche de l’exploit, ni le dépit ne t’animent, mais seulement le désir de voyager. Ne crains rien, ni l’abandon des tiens ni celui de ta vie présente, ni ce que te réservent les lendemains de route. Endosse ton sac et trace ton propre chemin, fût-il d’un jour, d’une semaine, d’un mois ou d’une vie. Tu feras de l’amitié de fortune ta provende et de la nature ton amante. Ainsi, quand la pluie du ciel te deviendra aussi douce que l’eau de source, le bruit de l’orage précieux comme le grondement des cascades, quand le chaud et le froid te seront indifférents, que tu appelleras la bise ou l’harmattan pour qu’ils t’instillent le goût du dépassement, que tu espéreras la neige pour qu’elle ranime en toi l’aspiration à la pureté et les sables pour qu’ils polissent ton dépouillement, tu connaitras l’ivresse de la marche, une ivresse qui ne nuit jamais, une ivresse qui ne passe pas.

 

Emeric Fisset, L’ivresse de la marche

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Citation du jour

vent

« L’aventure est le contraire d’un coup de tête. C’est une volonté réfléchie et obstinée de forger soi-même son propre destin et de s’imposer aux vents, au lieu de se laisser faire par eux. »

Maurice Herzog

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Citation du jour

Innocent laugh

La vie n’est une belle aventure que lorsqu’elle est jalonnée de petits ou grands défis à surmonter, qui entretiennent la vigilance, suscitent la créativité, stimulent l’imagination et, pour tout dire, déclenchent l’enthousiasme, à savoir le divin en vous.

Vers la sobriété heureuse, Pierre Rabhi

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Citation du jour