Archives mensuelles : septembre 2014

Etre – ou plutôt devenir – un homme signifie être « religieux. »

feu

Comme je le remarquais à une autre occasion, « il est difficile d’imaginer comment l’esprit humain pourrait fonctionner sans la conviction qu’il y a quelque chose d’irréductiblement réel dans le monde ; et il est impossible d’imaginer comment la conscience pourrait apparaitre sans conférer une signification aux impulsions et aux expériences de l’homme. La conscience d’un monde réel et significatif est intimement liée à la découverte du sacré. Par l’expérience du sacré, l’esprit humain a saisi la différence entre ce qui se révèle comme étant réel; puissant, riche et significatif et ce qui est dépourvu de ses qualités, c’est à dire le flux  chaotique et dangereux des choses, leurs apparitions et disparitions fortuites et vides de sens. » En somme, « le sacré » est un élément de la structure de la consciences et non un stade dans la structure de cette conscience. Aux niveaux les plus archaïques de la culture, vivre en tant qu’être humain est en soi un acte religieux, car l’alimentation, la vie sexuelle, et le travail ont une valeur sacramental. Autrement dit, être – ou plutôt devenir – un homme signifie être « religieux. »

Extrait de Histoire des croyances et des idées religieuses, Mircea Eliade

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Citation du jour, Uncategorized

Apis Cera !

Apis Cera

 

« Apis Cera ». Avec un nom pareil, cette fabrique de bougies et savons ne pouvait que retenir l’attention de la FDL que je suis !

Traduit du latin, le nom de la boutique signifie tout simplement « cire d’abeille », indiquant d’emblée la matière première utilisée pour la réalisation des produits commercialisés sur le site internet apiscera.com.

Ainsi, Apis Cera propose des bougies et des savons fabriqués selon les méthodes des ciriers d’antan, garantie d’une qualité et d’un esthétisme sans pareils. Aux cierges à la flammèche figée crachant une noire fumée -transpirante d’additifs-, préférez pour votre kraal ou votre bureau des bougies qui ont de l’âme et une senteur naturelle.

L’équinoxe d’automne est passé et les longues soirées d’hiver nous guettent, tapies dans l’ombre des feuilles cuivrées alors si vous avez de beaux cadeaux à faire, songez à cette alternative vivante et artisanale.

Transmis par Colibri 

 

1 commentaire

Classé dans Accueil, Art de vivre

Nouvel angle de vue sur les études à l’étranger !

LES ÉTUDES À L’ÉTRANGER, CE FLÉAU

columbus-duplex_403458

Un phénomène s’est développé dans les Grandes Écoles consistant à envoyer l’étudiant en immersion à l’étranger pendant en général un semestre. À lire les plaquettes de ces établissements, cela permettrait à l’étudiant – ouvrez les guillemets – « d’aiguiser ses capacités de compréhension du monde, de communication mais aussi d’adaptation ». Alors je veux bien fermer les guillemets, mais pas ma gueule. D’ici environ un an, je devrai plier bagages, monter dans un charter et aller frotter mon cul sur les chaises d’un bar une université à l’autre bout du monde. Le projet semble intéressant et je ne suis pas fermé particulièrement à l’idée de faire connaissance avec la bière culture canadienne ou coréenne. Soit. Jusque-là tout va bien si ce n’est que j’ai le malheur de trop souvent vouloir pousser la réflexion plus loin.

« CE QUE JE CRITIQUE, CE SONT LES CONSÉQUENCES DE CETTE MONDIALISATION SUR L’INDIVIDU »

 

Tout d’abord, il me semble que des étudiants BAC+5 ont fait suffisamment d’études pour comprendre que si ce phénomène s’est développé depuis une vingtaine d’années, c’est notamment du fait d’une mondialisation bien particulière : celle des élites. Et loin de moi l’idée de diaboliser la dernière mondialisation en date, car ce serait transformer le débat en discussion de comptoir purement xénophobe ; ce que je critique, ce sont les conséquences de cette mondialisation sur l’individu. Individu que dans un autre registre nous pourrions appeler « travailleur » si l’on n’avait pas ringardisé à dessein ce registre de pensée politique. « Aiguiser ses capacités de compréhension du monde, de communication mais aussi d’adaptation » en un mot, c’est rendre le futur travailleur flexible soit (car on se doit de le dire AUTREMENT) complètement passif et inoffensif lorsqu’il s’agira de quitter sa famille pendant 3 ans pour aller larbiner à l’autre bout du globe. L’emploi de mots positifs pour décrire cette « opportunité offerte aux étudiants » n’est là que pour rendre ce projet de remodelage de la société plus inattaquable et, par la même, rendre indéfendable toute position contraire à cette idée.

« JE NE VEUX PAS ALLER À L’ÉTRANGER DANS LE CADRE DE MES ÉTUDES »

Voilà pourquoi je ne veux pas aller à l’étranger dans le cadre de mes études. Et non, je ne suis pas fermé. Simplement il est ahurissant de voir que si je ne suis pas totalement docile à l’idée d’être déraciné de toute attache familiale, territoriale ou linguistique, alors je serai catalogué comme totalement fermé. Comme s’il ne pouvait y avoir d’entre-deux possible.

 

C’est à vomirL’autre jour, on m’a envoyé ce torchon nihiliste faisant l’apologie de la fuite hors de France pour ceux qui en ont les moyens (financiers ?) afin d’échapper à une soi-disant décrépitude de notre pays. Ce genre de prêt-à-penser on l’entend de plus en plus souvent, à peu près depuis que les semestres obligatoires à l’étranger ont été mis en place dans les Grandes Écoles. Cette complainte des bobos au sujet de leur terre natale, crachant sur ceux qui sont restés, persuadés d’avoir « choisi » une vie de bohème, alors qu’en réalité ils bossent à Pékin dans une multinationale pour un niveau de vie grosso-modo équivalent. Et je n’en peux plus. Je n’en peux plus d’avoir à expliquer mes choix de vie aux imbéciles qui reviennent bronzés de 6 mois au Mexique, leur compte Instagram dégorgeant de photos prises sur la plage et leur profil Linked in affichant désormais sans vergogne le nom d’une Université inconnue d’Amérique Latine. C’est à vomir.

« D’ÉLÈVES MODÈLES, NOUS SOMMES DEVENUS LES MODÈLES »

Et c’est d’autant plus à vomir que notre société est ainsi faite que nous devenons des exemples. Et ce à toute échelle. Quand vous avez terminé une Grande École, vous devenez une référence dans le microcosme familial mais aussi à l’échelle de la société car beaucoup « d’influenceurs » sont issus des mêmes cursus. Je ne suis pas certain que nous modelions la société en lui dictant ce qu’elle doit faire, mais assurément, d’élèves modèles, nous sommes devenus les modèles. Modèles à partir desquels devra être copiée avec plus ou moins de succès toute une société pour la rendre encore plus flexible, malléable, docile comme nous sommes supposés l’être, nous qui avons eu un bref accès au savoir critique et dont les cours de management ne sont là que pour empêcher toute autre personne de faire usage de ce savoir critique.

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Paroles libres

WILD

 

Marcher pour survivre, marcher pour tenir debout et partir seule pour avaler 1700 kilomètres du  » chemin des crêtes du Pacifique « , le fameux Pacific Crest Trail (PCT), un parcours de grande randonnée abrupte et sauvage de l’Ouest américain qui part de la frontière mexicaine pour rejoindre la frontière canadienne.
Lorsque sur un coup de tête, Cheryl Strayed boucle son sac à dos, elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Elle commence sa randonnée en solo en Juin 1995, dans le désert de Mojave. Elle était lamentablement mal préparée, physiquement et mentalement, à relever les défis à venir.
Tout ce qu’elle sait, c’est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue en à peine trois mois après un diagnostic de cancer , un divorce douloureux et un lourd passé de toxicomane, Cheryl vacille.
Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, elle choisit instinctivement de s’en remettre à la nature et de marcher. Elle affronte les rigueurs des déserts puis des sommets et se fond dans la beauté grandiose et solitaire des paysages. Elle affronte également les tempêtes de neige et les serpents à sonnettes.
Elle découvre également la bonté et l’esprit de camaraderie des autres randonneurs qui partagent un bout de chemin en sa compagnie.
Au fil de cette longue route, elle va surmonter douleurs et fatigue pour renouer avec elle-même, laisser libre cours à ses pensées et finalement trouver sa voie.
Franche, dynamique et un brin déjantée, Cheryl Strayed nous entraîne grâce à ce récit humain et bouleversant sur les chemins d’une renaissance où la marche se fait rédemption.
Ce récit d’aventure, à couper le souffle, est une profonde méditation sur la nature de la douleur et de la survie. C’est aussi une réflexion sur le pardon, sur le courage et l’espoir.

1 commentaire

septembre 26, 2014 · 7:00

Le 10 Novembre, vous êtes pris !

teaser-montagne-en-scene-e1381263693439

Montagne en Scène est un festival itinérant de films de montagne qui se déroule à Paris et dans de nombreuses villes de France. Il est constitué de deux éditions, été et hiver, et propose des films sur le thèmes de sports de montagne : ski, alpinisme, escalade, trail, kayak, parapente…

Pour plus d’informations : http://www.montagne-en-scene.com/#!programme/c1toe

 

Hermine

 

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Paroles libres

Conseils Rando par Bagheera !

Une petit aperçu de l’Alpe d’Huez : de la montagne, des lacs et des ruines gallo-romaines !

alpe d'huez alpe d'huez 2 alpe d'huez 3

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Nouvelles de Louves

La Corse par Balou ! (suite)


Corse 5

 

Corse 6

 

Corse 4

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Nouvelles de Louves

La Corse par Balou !

 

corse 3

 

Corse 2

Corse

 

Poster un commentaire

septembre 22, 2014 · 7:00

Le râle profond si particulier qui annonce bien l’arrivée de l’automne…

cerf

 

Le roi de la forêt nous offre chaque année de la mi-septembre à la mi-octobre un spectacle sonore fascinant, marquant sa période de reproduction. Le cerf, véritable force de la nature, juge et jauge son concurrent par la voix. Ce rare moment sera à l’origine de la naissance de nombreux faons, à raison de un par biche huit mois plus tard.
Moment magique à la portée de tous, et observable dans nos forêts de Rambouillet, Chambord et Fontainebleau.
Chamois

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Mythique GR20 …

GR 20 6

 

 

GR20 1

 

GR20 2
GR20 3
GR20 5

 

Transmis par Chamois

1 commentaire

Classé dans Uncategorized